Peut on considérer le Real Madrid comme le meilleur club de tous les temps ?

Le Real Madrid a le plus gros palmarès du football mondial et incontestablement d’Europe. Vainqueur de 13 ligues des champions, record absolu et loin devant le Milan AC (7), suivi du Bayern Münich (6) et Liverpool (6), le club détient de nombreux records dans la compétition. Parmi les plus symboliques, on retrouve de très larges records du nombre de saisons (52), matchs (457), victoires (273) et buts marqués (1006)… Et de défaites (105).

Le club a réussi à passer les époques en étant le plus triomphant dans l’ancienne (5) et la nouvelle (8) ère. Bénéficiant de deux périodes de domination historique (1956-1966 et 1998-2018), le Real Madrid a également connu un trou de 32 ans sans titre. Au risque de susciter un premier doute, le Bayern Munich, Liverpool et surtout le Milan AC sont plus constants, malgré une vitrine moins garnie, avec respectivement 25, 22 et 20 ans entre deux ligues des champions remportées.

La décennie 2010-2020 y est forcément pour beaucoup dans l’hégémonie du Real, avec 8 demi-finales de ligue de champions d’affilée (2011-2018) et le record de participations consécutives en Ligue des champions avec 24 apparitions, de 1997-1998 à 2021-2022 (série en cours).

Sur la scène nationale, le règne est également sans partage avec ses concurrents des 5 grands championnats européens. Los Blancos cumulent 64 titres nationaux, devant la Juventus (59) et le Bayern (57) .

La légende Di Stefano

Au niveau mondial, l’International Federation of Football History & Statistics (IFFHS), la célèbre organisation d’études historiques et statistiques, a classé tous les clubs sur deux périodes. La période 1955 à 1999 place le Real Madrid en première position, tandis qu’une seconde de 1991 a 2020 classe dans l’ordre FC Barcelone, Real Madrid, Bayern Munich, Juventus de Turin et Manchester United. L’éternel rival pointe le bout de son nez.

Quand on parle de « meilleure équipe », on ne peut pas faire abstraction du jeu. Et dans cette catégorie, la question peut à nouveau se poser et la réponse n’est pas plus évidente.

On a à l’esprit une qualité de jeu remarquable, comme celle du Liverpool de Jurgen Klopp et du City de Pep Guardiola dans l’histoire récente ou la Juventus de Platini, l’Ajax de Cruijff le joueur et le FC Barcelone de Cruijff l’entraîneur, pour citer une époque plus lointaine.
Mais le Real Madrid a aussi su proposer un jeu de qualité, et à plusieurs reprises. Du quatuor de de la fin des années 1950 (Di Stefano, Gento, Kopa et Puskas) à la BBC (Bale, Benzema et Cristiano Ronaldo) en passant par les célèbres galactiques (Figo, Zidane, Ronaldo), le club a inspiré des joueurs, entraîneurs et fait rêver de nombreux fans de football.

Dans cette capacité à s’imposer dans le jeu à plusieurs époques, on retrouve les mêmes poursuivants, qui continuent à alimenter le doute. Nous retiendrons les bavarois qui ont écrasé dans le jeu leurs adversaires avec une colonne vertébrale championne du monde dans les années 1970 (Maier, Beckenbauer, Roth, Rumenigge), et plus récemment à produit un jeu attractif porté vers l’avant, avec le quatuor offensif (Schweinsteiger, Robben, Ribéry et Muller). On se souviendra également des Rossoneri et du mythique trio néerlandais (Van Basten et Gullit et Rijkaard) dès la fin des années 1980. D’ailleurs, cette équipe a réussi l’exploit de placer 3 de ses joueurs au podium du ballon d’or en 1988 et 1989. Une quinzaine d’année plus tard, trois milieux proposent une jeu alléchant et efficace (Seedorf Gattuso et Pirlo), sublimé d’abord par Schevchenko, ensuite par Kaka .

Reprise de volée légendaire de Zizou

En somme, toutes les grandes équipes ont su se démarquer sur des périodes plus ou moins courtes de l’histoire. Cependant, une équipe sort son épingle du jeu: le FC Barcelone. De nombreux spécialistes, joueurs et professionnels du football s’accordent à dire que son jeu a atteint le sommet du football mondial sous Pep Guardiola.
Lancé dès 2005 par le trio Eto’o, Ronaldinho et Deco, une équipe s’est construite autour de joueurs de la Masia, venue complétée ce collectif. Puis, les jeunes formés au club ont pris de plus en plus de place et ont transformé grâce à l’ex-membre de l’équipe de Cruijff, pour révolutionner le football moderne, en remettant au goût du jour le tiki-taka.
Articulée autour d’un quatuor Messi-Xavi-Iniesta-Busquets, peaufiné année après année avec des superstars (Touré, Henry, Zlatan, Villa, Neymar ou Suarez), l’équipe crève l’écran et marque l’histoire.

Le bisou sur l’alliance, toujours pour Raul

Comment évoquer le jeu sans ses acteurs ? Et là, avec trois madrilènes sur les cinq meilleurs buteurs de l’histoire de la ligue des Champions, les merengue affichent la couleur.
Et quand on a connu le duel à distance livré pendant 15 ans entre CR7 et Léo Messi, on ne peut pas s’empêcher de l’analyser dans le cadre de cette compétition. Et nous donnons un bon point à l’aîné. Cristiano Ronaldo, présents 9 saisons, a bâti sa réputation de boss de la compétition, à Madrid : meilleur buteur (141), meilleur passeur (42) et plus grand nombre d’apparitions dans la coupe aux grandes oreilles (185). Une action
décisive menant à un but, en moyenne par match, depuis presque 20 ans.
Et son passage au Real est sans nul doute le point d’orgue : 105 buts, 31 passes décisives en 101 matchs.

Fernando Hierro

En analysant les joueurs dans l’intégralité de leurs saisons (coupes et championnats nationaux, sélections en équipe nationale), le FC Barcelone challenge à nouveau la domination madrilène. En effet, les blaugrana sont en tête des ballons d’or (12) devant le Real Madrid (11) et des joueurs présents sur le podium (34) devant le Real (27). Avec 75% des joueurs sur le podium dans les 25 dernières années, la patte de l’équipe de Messi n’est pas pour rien dans ces résultats.

L’histoire du football positionne de manière incontestable le Real tout en haut, malgré une seule zone d’ombre au tableau : son inconstance. Et si statistiquement de nombreux voyants sont au vert, une lecture à travers les époques nous montre que le football reste fait de périodes de domination de différents clubs et nations, plus ou moins éphémères.

A.D.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.