Calendrier de l’Avent #6 : Matheus Doria

Déjà le 6 décembre, on se rapproche lentement mais sûrement de la date à laquelle il faudra déballer ses cadeaux, et comme s’il s’agissait d’un signe, il s’agit désormais de découvrir l’étoile du sapin qui n’est nul autre qu’une étoile olympienne.

Au rayon des erreurs de casting, l’Olympique de Marseille fait office d’élève modèle, chaque génération d’équipe possède ses brebis galeuses. Que ce soit Kostas Mitroglou, Valère Germain, Steven Fletcher dans les postes offensifs, De Ceglie qui a peur des terrains synthétiques, Abou Diaby et son nombre ridicule de matchs joués, Karim Rekik incapable de jouer le hors-jeu, Lucas Silva tout comme Zinedine Machache qui ont été invisibles, Clinton Njie et ses extérieurs du pieds en tribune, Patrice Evra qui place des high kicks sur les supporters… Bref. La liste est longue mais aujourd’hui on reviendra plus particulièrement sur le cas de Doria, le brésilien estampillé pépite Football Manager.

Sur Football Manager

Véritable pépite brésilienne au poste de défenseur central, sur la version de FM14, c’est à dire juste avant qu’il ne rejoigne l’OM, il était côté à 3,7 millions d’euros à seulement 18 ans. Le petit de Botafogo pointait un magnifique 16 en détermination ainsi qu’un 15 en tête, marquage, anticipation, sang-froid, accélération, agilité, détente verticale, puissance et qualité physique. Un beau bébé qui avait tout pour réussir, mais sa valeur actuelle est d’environ 1 000 000 d’euros… Une régression significative pour le joueur de Santos Laguna.

Dans la réalité

Formé à Botafogo et annoncé comme le futur Thiago Silva, Doria pensait conquérir l’Europe en signant pour 8 000 000 d’euros à l’Olympique de Marseille, malheureusement pour lui il n’a jamais su convaincre Marcelo Bielsa qui n’a vu qu’en lui un Panic Buy de plus sur la longue liste marseillaise… Il a enchainé les prêts dans des clubs de moindre envergure (Grenade / Yeni Matalyaspor) ainsi qu’une pige au Santos FC ou il n’a pas du tout convaincu. Il finit par rejoindre le championnat mexicain ou il devient indéboulonnable, une véritable référence du championnat mais rien de gratifiant en comparaison à ce qu’il laissait présager à ses débuts. Carrière loupé, ou un bon épanouissement sur un championnat de réputation plus moindre, à chacun son opinion, mais aux bons souvenirs des supporters marseillais on rappelle ce but en Coupe de France qui venait agrémenter une performance exceptionnelle de Doria face à l’Olympique Lyonnais.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Comments (

0

)

Blog at WordPress.com.