Calendrier de l’Avent #10 : Karim Rekik

Plus que deux semaines avant de déballer les cadeaux, on arrive dans le Money Time de Noël c’est le moment ou jamais de chercher les cadeaux avant le rush de dernière minute, et cette fois nous t’offrons un Karim Rekik pour t’accompagner dans tes achats.

Nouvelle journée, nouvelle pépite, l’occasion de revenir sur un nouveau joueur de Ligue 1 qui a fait un passage mitigé dans le championnat hexagonal. Au poste de défenseur central, chaque erreur se paye cash, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il en a fait un paquet avant de finalement se relancer, aujourd’hui on revient sur l’ex-phocéen qu’a été Karim Rekik.

Sur Football Manager

Sur Football Manager nous sommes revenus à la saison de son second prêt au PSV Eindhoven, sortant d’un titre de champion des Pays-Bas avec son club. Il présente des attributs intéressants avec un 15 pour son jeu de tête, un 19 en détermination, un 15 forme physique, et un double 14 en endurance et en force. De quoi présager un bon défenseur en puissance, lui qui culminait à une valeur de 4 000 000 d’euros, et qui vaut sur FM 22 un bon… 8,9 millions. Assorti d’une clause libératoire à 25 000 000, on peut déjà en conclure que Karim Rekik est sur de bons rails.

Dans la réalité

Formé à Manchester City comme bon nombre de pépites en Angleterre, Karim Rekik n’est jamais parvenu à trouver sa place parmi les clubs anglais, c’est un prêt dans son pays d’origine qui lui aura permis de montrer ses vrais qualités à un âge déjà précoce. Son transfert à l’Olympique de Marseille ne l’a pas aidé, pour un joueur de ce profil là il est nécessaire d’être bien entouré et mis dans de bonnes dispositions, le contexte chaud et impatient que l’on peut retrouver au Vélodrome sont des facteurs déterminants de son échec dans le sud de la France, en témoigne le nombre important d’erreurs approximatives qu’il a réalisé. C’est lors de son départ en Allemagne au Hertha Berlin qu’il retrouve des couleurs et qu’il parvient à nouveau à matérialiser les espoirs qui étaient placés en lui lorsqu’il était au PSV, des efforts qui ne passent pas inaperçus puisqu’il parvient à rejoindre le FC Seville en 2020. Déjà 33 matchs dans son nouveau club, l’international néerlandais semble bien parti pour s’épanouir.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.