Bob Marley était personne unique et passionnée qui tenait profondément à ses racines et à sa culture jamaïcaines. Même s’il s’exprimait et s’épanouissait à travers le pouvoir de la musique, son autre passion dans la vie était sans aucun doute le football.

Bob Marley et sa passion pour le football

2021 a marqué les 40 ans de la mort du légendaire pionnier du reggae, Bob Marley. Parti trop tôt à l’âge de 36 ans. Connu comme l’un des auteurs-compositeurs les plus prolifiques de tous les temps, l’art de Marley vit à jamais. On peut certainement affirmer que sa musique était peut-être en avance sur son temps, car nombre de ses chansons et de ses messages sont plus vrais aujourd’hui que jamais (par exemple : « One Love », « Get Up, Stand Up », « Three Little Birds »).

Dans le brillant documentaire Marley, réalisé par Kevin MacDonald en 2012, on remarque à quel point le ballon de football est présent dans la vie du Bob. En fait, le manager de Marley tout au long des années 1970 était l’un des joueurs de football les plus renommés de Jamaïque, Alan « Skill » Cole.

Bob Marley, vrai footballeur du dimanche

En plus de pratiquer constamment ce sport, Marley était également un fan inconditionnel du club brésilien de Santos, et Pelé, Edson Arantes do Nascimento et Ossie Ardiles faisaient partie de ses joueurs préférés. Plus tard dans sa carrière, Marley demandait à certains intervieweurs de l’accompagner lorsqu’il jouait au football, car cela leur donnait l’occasion de vraiment le connaître. Cela permettait également à Marley d’être dans sa zone de confort, ce qui donnait lieu à une connexion plus libre et plus décontractée.

De nombreux amis et connaissances du football considèrent que le jeu de Marley est d’un niveau professionnel. Carl Brown est une figure marquante de l’histoire du football jamaïcain, puisqu’il a dirigé l’équipe de Boys’ Town de 1970 à 1980. Brown a ensuite mené l’équipe nationale jamaïcaine à la troisième place de la Coupe nationale de 1993. Brown a vu Marley sur le terrain de première main. Dans une interview accordée au Bob Marley Magazine, Brown décrit la passion de Marley pour le jeu en disant : « Je me souviens que Bob jouait à Boys’ Town de huit heures du matin jusqu’à trois heures. Jouer pour Boys’ Town est le souhait de tout jeune garçon qui grandit à Trench Town. Pour tout vous dire, je n’arrivais pas à savoir ce que Bob aimait le plus, la musique ou le football. »

Bob Marley jouant au foot avec un petit son de rastaman qu’on aime tant

Brown a finalement offert à Marley l’une de ses plus grandes émotions, en lui donnant l’occasion de jouer au National Stadium de Kingston. « Nous lui avons permis de réaliser l’un de ses plus grands souhaits en le faisant jouer lorsqu’il a été invité à jouer avec l’équipe au National Stadium. Il était tellement excité. Je ne l’ai jamais vu aussi heureux. » Une statue de Marley orne désormais l’entrée du stade.

Séances de jongles entre deux concerts pour Bob Marley

En tournée, l’une des seules demandes de Marley était d’avoir une télévision dans son bus de tournée pour pouvoir regarder les matchs de football. Il jouait souvent, s’entraînant même tout seul, avant les concerts pour se détendre, se décontracter et se libérer l’esprit.

Il a été largement affirmé qu’une blessure de football est liée à la mort de Marley, car un type de mélanome a été découvert sous l’ongle de son orteil. Bien qu’il s’agisse d’une légende urbaine, le fait que Marley ne veuille pas compromettre ses capacités de footballeur a joué dans sa décision de ne pas amputer son orteil.

Marley au tristement célèbre 56 Hope Road à Kingston en Jamaïque. La maison de Marley et son refuge pour le football. C’est maintenant le musée Marley.

Aujourd’hui, nous constatons que les enfants de Marley sont également des fans et des joueurs de football actifs. Sa fille Cedella a fait les gros titres en 2014 lorsqu’elle a mené la charge pour que l’équipe jamaïcaine de football féminin devienne le premier club féminin des Caraïbes à participer à la Coupe du monde féminine de 2015. Son objectif était de souligner l’importance pour les filles de jouer au football, et pas seulement de le regarder. La campagne de financement par la foule comprenait une chanson intitulée « Strike Hard », qu’elle a enregistrée avec ses frères, Damian et Stephen Marley.

Après avoir réussi sa campagne, l’équipe nationale féminine de football de la Jamaïque, ou les Reggae Girlz, comme on les appelle souvent, s’est inclinée face au Mexique lors des éliminatoires. Bien qu’elles ne soient pas allées jusqu’à la Coupe du monde, elles ont récolté suffisamment d’argent pour se rendre à Washington DC pour le tour préliminaire. En conséquence, la Jamaïque a gagné 40 places au classement mondial de la FIFA, passant du 75e au 34e rang, en seulement neuf matchs et six mois d’existence. Les Reggae Girlz s’entraînent désormais en vue des qualifications pour les Jeux olympiques de 2016.

Cedella et les Reggae Girlz

Retrouvez notre collection dédiée à l’amour du foot de Bob Marley en cliquant ici