Nous sommes le samedi 6 février 1988 et Wimbledon accueille Newcastle United dans un match de première division à Plough Lane.

Crédit image: Foot Dimanche

Toutes les discussions d’avant-match se tournent vers un seul homme – le jeune talent prodigieux des Magpies, Paul Gascoigne.

Considéré comme l’avenir du football anglais, le milieu de terrain de 20 ans a reçu des critiques élogieuses pour ses performances au sein de l’équipe de Willie McFaul.

Doté d’un esprit vif, d’une technique sublime et d’une grâce quasi-balnéaire, Gascoigne suscite, sans surprise, l’intérêt de nombreux grands clubs du pays, et ce à juste titre.

Gazza

Bobby Gould, le patron de Wimbledon, connaissait bien le gamin qu’on appelait « Gazza » et, avec son influent entraîneur Don Howe, ils ont élaboré un plan pour neutraliser la menace claire et précise qu’il représentait. Ce plan compétait deux mots: Vinnie Jones.

À l’opposé de Gascoigne en tant que joueur, Jones était le classique milieu de terrain intransigeant et sans état d’âme, un guerrier qui avait quitté le chantier pour se faire un nom en tant que l’un des hommes les plus durs du football.

Vinnie Jonas: des chantiers aux terrains de Premier League

Sa mission pour le match contre Newcastle est simple. S’accrocher à Gascoigne comme une patelle et lui refuser le temps et l’espace nécessaires pour exercer sa magie. Mais il y a un problème.

L’idée de Jones sur le marquage des joueurs n’est pas exactement celle qu’on enseigne dans les manuels d’entraînement… Mais même si Jones adore les parties viriles, il n’est toujours pas satisfait du rôle qui lui a été confié. « J’ai eu une bonne dispute avec Bobby Gould avant le match. J’ai lui ai dit que je ne voulais pas courir après ce type. « Je suis rentré dans le vestiaire fatigué. J’ai dit « Je ne le marquerai pas. J’ai quitté le terrain d’entraînement. Je voulais jouer mon jeu, je ne voulais pas le marquer. »

En fait Jones se souvient qu’il craignait que Gazza ne l’embarrasse à Plough Lane. Mais Jones a fait ce qu’on lui a dit et tout au long du match, constamment dans l’oreille de Gascoigne, lui faisant des reproches. Il lui tire le maillot, lui écrase les talons et lui marche sur les chaussures. Et, comme l’explique Dennis Wise, le coéquipier de Jones, il ne le quitte jamais. Même quand il doit faire une touche: avant de la faire, il s’est tourné vers Gazza et lui a dit : « Fat boy, je reviens dans une minute ». Il a couru, lancé la balle et est revenu se placer juste à côté de lui.

Mais les choses se corsent en deuxième mi-temps lorsque Gascoigne donne une petite poussée à son marqueur préférentiel et que Jones, qui tourne le dos à Gazza, passe simplement la main derrière lui et, le visage déformé par la rage, attrape la star de Newcastle par ce que Gazza appelle ses « allocations familiales ».

L’expression du visage de Gascoigne est impayable. À la fois douloureux, surpris et enjoué, il n’est pas étonnant que cette image soit entrée dans le folklore du football.

RIP les allocs familiales

Le plan du Crazy Gang fonctionne.

Visiblement intimidé et incapable de s’imposer dans le jeu comme il en a l’habitude, Gascoigne s’éloigne de l’action, laissant Wimbledon prendre un point après un match nul et vierge.

« Je me souviens qu’après le match, je tremblais encore, j’étais sous le choc », a récemment déclaré Gascoigne. Je n’arrivais pas à croire ce qui venait de se passer. Je ne voulais pas être bousculé. Je n’ai jamais fait de mal à personne, je l’ai juste un peu bousculé et honnêtement, parler de la perte presque totale de votre allocation familiale, c’était incroyable ! »

Une opinion soutenue par son coéquipier de l’époque, Darren Jackson : « Il [Gascoigne] était la star de l’équipe et Vinnie le ciblait pour cela. « Je me souviens qu’il est sorti du terrain terrifié, à tel point qu’il pleurait dans le vestiaire ».

Après le match, Gascoigne a envoyé une rose rouge à Jones et le milieu de terrain des Dons a répondu en lui envoyant une brosse à toilettes. Et, en 1991, Jones a payé 1 750 £ – l’équivalent d’une semaine de salaire pour lui à l’époque – pour faire réaliser une peinture de l’incident tristement célèbre pour sa nouvelle maison à Hollywood.

Trente ans plus tard, et bien que leurs carrières aient pris des chemins très différents, Gascogine et Jones restent de bons amis.

Traduit de l’article du Sun

Découvrez notre tee shirt hommage à cette scène légendaire entre Paul Gascoigne et Vinnie Jones en cliquant ici